H(IER)YERES – TRIATHLON LD DE HYERES 2016

Deux triathlons longues distances bien cotons en une semaine, sans couper l’entraînement, en essayant d’être un minimum compétitif tout de même, un défi natatoire débuté au solstice d’été. C’est en bonne voie pour la caisse.

13559132_10208423323412443_7661366656778204812_o

Un petit condensé de ce Triathlon de Hyères :

– La meilleure natation de ma jeune vie (ou la moins mauvaise, c’est selon) dans une eau claire avec vue sur les fonds, 59ème à l’atterrissage

– Des transitions qui depuis quelques courses commencent enfin à ressembler à quelque chose

– Un vélo où la fatigue de la semaine s’est faite ressentir (« a fortiori nous sommes des hommes avant tout »), où je me suis rendu compte en allant récupérer le vélo après la course que j’ai roulé la dernière heure et demie avec une roue arrière totalement libre de tout serrage (tu veux être gentil avec les roulements en serrant juste un peu l’attache-rapide et à la première route cabossée qui se présente, tu manques de peu la Faucheuse). Je comprends mieux maintenant pourquoi j’avais peu de contrôle sur le vélo, notamment au moment des freinages. 5ème au second atterrissage. À noter que j’ai jeté le discrédit sur le col de Notre Dame des Anges pour le millénaire à venir, à bon entendeur.

– La course à pied originale sur la plage, dans les vignes, les salins, les chemins agraires, sous le soleil, la chaleur (35°C) et le vent de la Provence, est une petite merveille. Malgré mon allure rythmée, je me perds dès le début dans les salins (beaucoup de croisements et faiblesses sur les indications), puis reviens sur le 4ème Julien Zutter, un gars à l’état d’esprit qu’on aime, puis me reperds dans un camping (l’appel de l’apéro cette fois ?). Je passe un gars et reviens à nouveau sur Julien qui connaît tous les chemins de son pays (et qui était sûrement plus observateur que moi des toutes petites pancartes indicatrices) et qui m’encourage à aller chercher celui qu’on pensait être le deuxième. La CAP prend encore un autre tournant ici (10ème km) puisque je me serais contenté d’un podium (2ème ou 3ème, c’est kif-kif à côté d’une victoire). Seulement, on apprendra après la course que le 1er dont l’avance était confortable sera disqualifié pour avoir coupé le parcours (malgré lui, par manque de signalisation). Pensant donc que maintenir l’effort ne valait pas le coup pour aller chercher le présumé second, je termine la dernière demi-heure en roue libre en trouvant encore le moyen de me paumer une troisième fois à nouveau dans le camping (je sais que quand on aime, on ne compte pas mais j’ai quand même fait les comptes et je perds 2 bonnes minutes pendant ces excursions touristiques).

13533294_888543074584802_6771192650588172991_n

Ça peut paraître trivial mais durant les derniers kilomètres, je n’ai pas arrêté de me dire « Putain, que je l’aime ce sport ! ». Du soleil, de la chaleur, des copains et copines d’un jour (et peut-être de toujours) avec le sourire, la nature et le sport, les sensations qui vont avec, des émotions intenses…
Merci à l’organisation pour cette belle réussite qui prime de manière écrasante sur les petits points à améliorer pour l’année prochaine.

Venu avant tout pour apprendre et progresser, je ne suis pas déçu du voyage !

PS : Je ne pense pas soulever un lièvre mais ça mérite quand même d’être remarqué puisque ce n’est pas la première fois qu’on laisse un athlète poursuivre la course alors qu’il est considéré comme disqualifié (la conséquence néfaste est que celle-ci est alors faussée). Ce n’est ni une bonne chose pour les autres athlètes, ni pour l’athlète en question qui apprend sa disqualification trop tardivement. A la Fédération Française de Triathlon : n’est-il pas possible d’aller annoncer en course à un athlète sa disqualification dès lors qu’un arbitre est au courant de la faute et lui demander de rendre son dossard pour éviter ce genre de situations ubuesques ?

 

Rédigé par Romain Garcin

I am a dedicated & passionate French-born, self-made, self-taught, Athlete, Entrepreneur, Consultant. I discovered triathlon in 2015 after completing 2 brilliant master’s degrees in science & economics and working as a project leader. From 2016, I compete professionally on the IRONMAN, Challenge & independent circuits in over 50 events worldwide, I won and achieved overall podiums on long distance triathlons, duathlons, individual TT and running races.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :