DEVOIR DE CONSCIENCE

En préambule à cet article, je souhaite laisser une trace écrite par rapport à quelque chose qui semble mal être compris ou pas connu de la part de certains, sportifs ou non, pour qui l’évocation de mon nom semble susciter un rejet ou une crainte. Ces réactions ont deux origines :

– Celle de ma radicalité sur les sujets de fond. Être radical, c’est être vivant, c’est être un Homme, c’est une des plus pures expressions de la virilité, c’est avoir des racines solides (étymologie même du mot). Vous ne me verrez en revanche jamais me « prendre la tête » pour un match OM-PSG ou je ne sais quelle futilité, et cet exemple résume à lui seul la dégénérescence de cette société occidentale ; il y a eu une inversion des valeurs et un décalage des repères. Et en tant que sportif avec une certaine notoriété, certains de mes faits et gestes passent parfois moins inaperçus. Ce n’est pas un problème, bien au contraire, c’est une nécessité de faire savoir que tout n’est pas terminé et que nous pouvons prendre la main.

– L’insupportable réalité pour ces individus qu’ils savent que je sais qu’ils savent, depuis le début de ce navet de film qu’est le « covid-19 » et surtout maintenant après toutes les révélations des dernières années qui ne sont des révélations que pour ceux qui étaient hypnotisés et qui se réveillent 3 ans plus tard. A ce propos, j’ai une théorie à propos de l’hypnose collective via la stratégie du choc qui a été mise en place en 2020 : globalement, les esprits qui ont le plus de mal à lâcher prise (présent !) ont été les moins touchés. Peut-être que ce manque de lâcher-prise qui nous dessert parfois nous est salutaire dans des situations fondamentales.

Donc que ce soit gravé dans le marbre virtuel et éternel qu’est l’internet mondial :
À ceux qui ont été avalés par le narratif officiel, totalement ou partiellement, à ceux qui dans ces moments critiques n’ont pas obéi d’abord à la loi naturelle avant d’obéir à la loi positive, je pardonne. Pardonner n’est pas cautionner ce qui a été mais comprendre comment c’est arrivé et rendre possible une rédemption et par-dessus tout œuvrer pour une prise de conscience (qui doit nécessairement se matérialiser tôt ou tard en actes). N’est-ce pas d’ailleurs la base d’une société qui évolue sainement ?

À présent que tout le monde a allégé son égo, j’ai sélectionné dans la suite de cet article quelques commentaires reçus sur Strava lors de mes premières sorties en vélo pendant le confinement n°1 en mars 2020. A l’époque, il me semble que 15 000 sportifs étaient abonnés à mon compte, mes entraînements avaient donc une certaine visibilité et les commentaires ont pu brasser un peu tous les types de réaction. Cette sélection a un triple objectif :

  1. Ne pas oublier comme on peut délirer, avoir un blocage psycho-émotionnel (atteinte plus ou moins réversible aux capacités cognitives), diagnostiquer des dégénérés notoires (déf de dégénérescence : « perdre les qualités naturelles de sa race, de son espèce ») lors d’un « choc ».
  2. Préparer le terrain avec ce devoir de mémoire et d’apprentissage par l’erreur au moment même où la suite du plan se déroule sur les volets du « climat », de l’identité numérique, des monnaies numérique de banque centrale, etc. Tout est lié, Agenda 2030 de l’ONU (objectifs officiels et traduction réelle en bas de cet article), Forum Économique Mondial de Davos, etc.
  3. Rigoler un peu, non pas des autres mais de ces moments cocasses, et c’est thérapeutique : « Je me presse de rire de tout, de peur d’être obligé d’en pleurer ».

C’est parti pour les différents types de réaction (j’ai corrigé les fautes de français et de syntaxe, certains étant tellement sous le coup de l’émotion, construite de toute pièce et mise en scène par les médias, qu’ils n’arrivaient plus à construire des phrases intelligibles) :

  • Combo  » Tu ne comprends pas quoi dans les consignes à respecter ? Tu donnes le mauvais exemple à un gros tas de trous du cul en plus. » + « Sortie vélo interdite. Juste balade à proximité de la maison, 30 min, 1h maxi. Vous êtes un très mauvais exemple. »
    → Cette attitude est de l’ordre du réflexe pavlovien. Jeunesse, prenez exemple ! 😉
  • Putain mais tu ne comprends pas quoi dans « restez chez vous » ! Tout le monde a envie de rouler. Si tout le monde n’en fait qu’à sa tête en disant qu’il était dans son droit alors ça va être long à s’en sortir… Hier un cycliste verbalisé car il a eu un accident à 15 km de chez lui et n’avait pas de raison valable pour rouler… »
    → Une variante avec une histoire (vraie ? fausse ?) pour faire peur aux petits enfants et une explication pour penser qu’on a le raisonnement d’un adulte.
  • « En cas de chute, tu prends la place de quelqu’un en réanimation. C’est du civisme ? »
    → Carrément ! Et même que la Terre explose en cas de chute dans le groupe maillot jaune. Avec la cerise sur le gâteau : en 7 lettres Laurent Romekjo, C.I.V.I.S.M.E. Le civisme à ce moment-là était justement de désobéir. Il l’est toujours.
  • « Vous Romain, vous en racontez des sacrées conneries, il y a une loi, il faut la respecter. »
    → Voilà, au moins c’est clair, direct et précis. Respecter toutes les lois, ça tombe sous le sens ! Le fantôme d’Hitler verse une larme. Point Godwin, oui, mais point quand même !
  • « Salut Romain, où as-tu été contrôlé et comment cela s’est déroulé ? Envoie moi ta réponse sur Facebook Messenger stp, merci. »
    → Le curieux inspiré. Évidemment j’ai aidé mon prochain.
  • « Mardi j’ai fait une sortie à 20 km de chez moi, un tour de 40 km, je ne le referais pas. »
    → Le repenti. Il a pêché, il l’avoue en public, la foule le lapide à coups de tomates pas mûres, la secte covidiste finit par le lui pardonner avant qu’il trépasse.
  • « On peut aller marcher, courir si on veut mais il ne faut pas s’éloigner de son domicile trop longtemps et ne pas oublier son attestation. Mais il n’est plus question d’une sortie en vélo, d’un long footing en forêt ou de faire un match de foot. Le message de la ministre des sports. »
    → Témoignage du civisme à géométrie variable : on est dans une époque où des gens croient que fait office de loi la parole d’un sinistre du gouverne-ment, un tweet d’une personne connue ou un article d’un magazine de vélo. La loi en vigueur à l’époque étant de toute façon illégale et illégitime.
  • « Je suis policier, vous n’avez pas à m’expliquer, ne tombez pas sur moi, je vous verbaliserais directement ! »
    → Un de mes préférés : « ne m’apprenez pas mon métier » associé au comportement « petit kapo ». Redoutable dans une civilisation décadente. Maintenant que la défiance s’est bien installée à juste titre vis-à-vis de ce qui vient de la pseudo-élite consanguine et de leurs sbires, le régime ne tiendra plus que par des mentalités comme celles-ci. Humains des forces de l’ordre du chaos, c’est le moment ou jamais d’être des Hommes d’Honneur vous aussi.
  • « Le problème est bien là… C’est que nous Français de bas étage on aime bien vouloir interpréter à notre manière les choses »
    → L’esclave fier de l’être : nos bourreaux ont raison de nous traiter comme ils le font parce que nous le méritons.
  • « Normal, tout va bien ! On parle de confinement et certains cyclistes du dimanche continuent de faire leur vie alors que même des pros ont arrêté ou font de l’HT, on voit bien l’égoïsme et l’individualisme qui règne en France, c’est pitoyable. »
    → Gloire à tous ces pros, altruistes du moment qu’on leur donne et solidaires dans la lâcheté et le suicide collectif. Tous ces adjectifs ont des significations et des portées très différentes selon la lecture qu’on a des faits. La carte n’est pas le territoire.
  • « J’espère que tous les donneurs de leçon, vous n’êtes pas entrain de manier, confinés chez vous, des scies circulaire, meules, couteau de cuisine, etc. Les accidents domestiques, là est le réel problème pour ne pas saturer les urgences ! »
    → Le négociateur du système : il met en perspective mais il reste dans le cadre défini. Pour l’anecdote : j’ai exercé toutes les activités qu’il cite pendant le confinement en plus du vélo et de la course à pied naturellement.
  • « C’est quoi le problème avec les donneurs de leçons en fait ? Vous êtes plus légitimes de juger les sorties des gens que les forces de l’ordre ? Laissez les gens qui respectent la règle tranquille. »
    → L’avocat de la défense : face à la vindicte populaire, il a confiance en la justice de son pays. Mais pas question pour lui de se poser davantage de question ; il n’est pas juriste.
  • « Juste une remarque, pour ceux qui habitent un appartement, c’est prendre des risques démesurés pour eux et les autres en touchant poignées de porte, digicodes, boutons d’ascenseur… »
    → Le comique de l’absurde…ou pas ! Vu le niveau d’hystérie collective, c’était peut-être un message sérieux. Merci pour cet avertissement en tout cas. Et ne courrez pas avec des ciseaux.

Conclusion : toutes ces réactions ne s’inscrivent que dans le narratif officiel, dans une incapacité totale à sortir du cadre dominant et surtout imposé de manière grotesque par des personnes à qui accorder sa confiance relève du masochisme et de la servitude volontaire. L’autre voie a été celle de ne pas négocier avec les terroristes, c’est ce que j’ai fait depuis le premier jour et le cap que j’essaie de maintenir partout où nécessité fait loi. Et même si on ne peut se démultiplier et être présent sur tous les fronts, c’est l’intention qu’on y met et la posture qu’on adopte qui comptent. Ils n’auront que mon sourire, debout au milieu des ruines.

La radicalité qui nous anime est la forme ultime d’honneur, de courage et de force morale. C’est celle qui a été quasiment annihilée au siècle dernier en France avec les deux guerres mondiales en envoyant nos ancêtres se faire massacrer pour des intérêts qui n’étaient pas les leurs et pour souiller leur mémoire aujourd’hui. Les actions de consentement à tout et les propos tels que « c’est comme ça », « on n’a pas le choix », « on est obligé », « il y a pire » sont à bannir pour survivre à l’effondrement civilisationnel.

229724211_10226158579140930_2709695981382264264_n

(1 commentaire)

  1. Que la Force soit avec Romain, pour ma part je fais partie de ceux qui ne rentrent pas dans le moule comme toi. Le combat continue avec l’introduction du Grillon dans l’alimentation…
    A bientôt Nicolas

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :